Video did not kill the radio stars

Ma petite contribution au blog communautaire des élèves du SAWI en Spécialiste en Stratégie Digitale, première volée 2016-2017 de Lausanne.

Cet exercice, j’aurais dû le relever haut la main, c’est vrai: écrire un article de blog, ce n’était pas quelque chose de nouveau… sauf que… Après une interview avec Jonas Schneiter, animateur radio à la Première, j’avais de la matière pour 35 articles sur la jeunesse et sa relation avec la radio, la télévision, les stratégies médias sociaux, les statistiques traditionnels, les concepts en train de naître… Rude épreuve de trancher dans la chair d’un corps de texte qui nous a pris des heures à rassembler, structurer…

La bonne nouvelle, c’est que j’ai de quoi alimenter ce blog-ci avec tout ce que je n’ai pas pu dire sur les médias traditionnels et leur évolution dans le monde digital, sujet passionnant!

Le blog des étudiants de la formation SAWI de "Spécialiste en stratégie digitale"

Repenser la radio

En 1981, confrontés aux nouvelles technologies émergentes comme la vidéo et l’informatique, The Buggles chantaient “Video Killed The Radio Stars”  (la vidéo a tué les stars de la radio). En 2017, non seulement la radio n’est pas morte, mais elle produit énormément de vidéos qu’elle diffuse sur des canaux parallèles aux ondes linéaires (qu’elles soient hertziennes ou numériques): les plates-formes web, notamment via les réseaux sociaux. Les antennes radio sont désormais omniprésentes en vidéo sur Facebook, Youtube, Dailymotion, Twitter, et Instagram.

La situation en 2017 est inédite: d’une part l’audience traditionnelle dite « linéaire » des programmes radio et télévision s’effrite (communiqué de la RTS du 2 mars 2016) en faveur de la consommation en rattrapage, d’autre part, c’est toute une catégorie de la population, les 15-24 ans, qui est de moins en moins touchée par ces médias. Les statistiques d’audience pure se trouvent chez Mediapulse pour les détails chiffrés. On constate également…

View original post 1 628 mots de plus

Ateliers « Développer sa carrière d’artiste en 2016 et survivre »

image du flyer Développer sa carrière d'artiste en 2016 et survivre
Développer sa carrière d’artiste en 2016 et survivre

Stephanie Booth, amie de longue date, et Elisabeth Stoudmann que j’ai eu le plaisir de rencontrer grâce à elle, ont mis sur pied une série de 5 ateliers destinés aux artistes, et spécialement les musiciens de Suisse romande. Abordée naturellement par Stephanie que je connaissais déjà, elle a suscité mon intérêt pour ses ateliers en gestation sur deux tableaux: d’une part, la musicienne frustrée en moi a reçu une espèce d’impulsion à ce qui n’était, pour le moment, qu’une velléité. Tout à coup mes heures de guitare et de chant avec mon compagnon guitariste me sont apparus comme pouvant donner quelque chose de concret. La dernière fois que j’ai foulé une scène en tant que chanteuse et guitariste remonte à une bonne quinzaine d’années. C’était l’occasion d’apprendre le comment, quel objectif se fixer, et avec quels outils.

Le second angle qui m’a parlé dans son projet, c’était évidemment mon intérêt pour le web et les médias sociaux en général, et le savoir-faire que ces deux professionnelles peuvent transmettre notamment pour ce qui est un peu mon « dream job » qui serait d’aider des musiciens et artistes à être présents et actifs sur ces nouvelles plates-formes si cruciales aujourd’hui.  En cours de formation au SAWI en stratégie digitale, ces 5 ateliers étaient pour moi une approche plus ciblée vers mon objectif professionnel à moyen terme. Je suis donc allée suivre la séance d’information qui a eu lieu le 13 septembre à la Datcha, à Lausanne, que j’ai filmée afin d’aider à en faire la promotion.

Elisabeth Stoudmann, journaliste et surtout spécialiste musicale en Suisse romande s’occupera logiquement de la partie « métier », avec la connaissance de terrain de cette professionnelle qui a eu l’occasion de coacher beaucoup d’artistes suisses durant sa carrière (Swissvibes, Vibrations, notamment). Elle a notamment écrit Le livre des 30 ans de Couleur3, c’est une chose que je ne peux taire, puisque Couleur3, c’est ma radio du coeur, en premier lieu parce qu’elle est née en 1982, tout comme moi.

Stephanie Booth, elle, est une consultante numérique, une spécialiste de la présence en ligne et des réseaux sociaux, une des premières (ou LA première?) blogueuse suisse très active sur tous les réseaux sociaux et surtout toujours avide de partager ses découvertes. Son blog Climb To The Stars reste depuis longtemps pour moi une source de lectures intéressantes sur des sujets très divers: high tech, société, réflexions philosophiques, problèmes de la vie courante, la vie d’indépendante et plein d’autres choses. Son rôle sera de donner les pistes et les outils pour appliquer les conseils métier d’Elisabeth.

Une petite interview des 2 instigatrices me semblait nécessaire, à découvrir dans la vidéo ci-dessous.

Elles se sont même prêtées au jeu du « Elevator Pitch », voir ci-dessous